La vieille ville de Sélestat compte un grand nombre de maisons anciennes. La prospérité économique, affirmée à partir du XIIe siècle, s'amplifie au cours des deux siècles suivants pour connaître son apogée vers 1500. Les villes de la Décapole conservent cependant leur immédiateté impériale vis-à-vis du Saint-Empire, et la France, affaiblie par la Fronde, n'est pas assez puissante pour imposer l'autorité de Louis XIV, alors mineur. Plusieurs abbayes extérieures à la ville, comme celle d'Ebersmunster, maintiennent aussi des résidences à Sélestat[C 10]. Il a été construit sur un plan en étoile après la destruction des remparts en 1874. Des Jésuites, des Récollets et des Capucins s'installent dans la ville au cours du XVIIe siècle[D 10], tandis que les Juifs en sont expulsés en 1642[39]. Elle est offerte à l'abbaye Sainte-Foy de Conques vers 1092, et des moines bénédictins ouvrent un prieuré[C 9]. Ensuite, cet arrière-pays se situe sur le « Landgraben », là où la largeur du Grand Ried est particulièrement importante, créant une sorte de vide humain au centre de l'Alsace et marquant la limite entre Haute et Basse-Alsace. Société Alsacienne et Lorraine d'Électricité, J.-B. Les deux autres sont des lignes touristiques saisonnières, l'une dessert le château du Haut-Kœnigsbourg, l'autre Europa-Park en Allemagne[22]. Un premier périmètre de six hectares a été adopté en 1976, puis la zone s'est développée surtout au cours des années 1990, accueillant des grandes entreprises, des entreprises artisanales et des grandes surfaces[B 3]. Le cours de la rivière a été calibré grâce à des digues, et un nouveau plan d'aménagement est en projet[13]. Sa population double presque entre 1946 et 1999, alors qu'elle a stagné autour de 10 000 habitants tout au long du XIXe siècle et du début du XXe siècle. L'A35 compte deux échangeurs à hauteur de Sélestat, Sélestat-Nord (sortie no 16), sur la RD 1422, et Sélestat-Saint-Dié (sortie no 17), sur la RD 424. Ainsi, la ville est construite sur un cône de déjection situé sur le cours du Giessen, un affluent de l'Ill qui prend sa source dans les Vosges. L'exposition, fondée en 1984, était annuelle avant de devenir une biennale en 1993. La guerre des paysans est une des premières manifestations de ces troubles. Des méandres, des épis, des îlots ou des talus ont ainsi été créés, et un ancien méandre de l'Ill a été restauré de manière expérimentale[E 1]. », liste d'union de la gauche, qui obtient trois sièges. L'Illwald comprend trois chapelles, qui étaient initialement des lieux de pèlerinage. Le château d'eau en brique polychrome, inspiré par celui de Deventer aux Pays-Bas, date de 1903[B 25]. Ainsi, les Vosges freinent les vents et les intempéries venues de l'ouest et les précipitations sont peu abondantes. Il se situé à proximité immédiate du bassin houiller de la vallée de Villé[5]. Certains habitants habitaient dans ces zones depuis plusieurs années, d'autres seulement depuis quelques semaines.Ils furent surpris de la dureté du règlement du PPRI (Plan… Il s'agit de dépôts holocènes non calcaires, comprenant surtout du sable et du limon, mais parfois aussi des cailloutis[6]. Sont exclus les saisonniers et les frontaliers. Le corso fleuri de Sélestat est une des plus grandes manifestations florales de l'Est de la France. Il existe depuis 2003 et il a lieu aux Tanzmatten en hiver. La commune compte cinq écoles maternelles : les écoles Froebel, Oberlin, Pestalozzi, Schuman et Wimpfeling ; ainsi que quatre écoles élémentaires : l'école du Centre, du Quartier-Ouest, Jean-Monnet et Sainte-Foy[E 17]. Cela fait de Sélestat la quatrième ville d'Alsace, derrière Strasbourg (18 000 habitants), Colmar et Haguenau (5 000 habitants chacune)[D 1]. En 1919, elle redevient brièvement Schlestadt avant d'être rebaptisée Sélestat en 1920[32]. En 2009, 42,7 % des Sélestadiens avaient entre 15 et 44 ans, un chiffre proche de la moyenne du Bas-Rhin, 41,2 %, mais supérieur au taux national, 38,99 %. En 1813, ses actes de décès indiquent la mort de 536 soldats, tués au cours de la campagne de Russie. Il est également inférieur à celui de la zone d'emploi de Sélestat qui comprend soixante autres communes, 23 862 euros. Cette zone Sud fait 67 hectares[E 6]. Celui-ci, devenu moine à la fin de sa vie, lègue la ville à l'abbaye de Murbach en 727, propriété des rois francs[C 9]. Selatstatt apparaît l'année suivante, puis Scalistati villa en 775, Scladistat et Sclatistati en 778, Scletistata en 836[33], Slezstat en 1095, Sletzstat en 1217, Slestad en 1292, Schlettstadt en 1310, Schlestat en 1512, Schlet(t)stat, Schlestat[32], Sélestat (Registre paroissial en 1685, Description historique et géographique de la France ancienne et moderne, abbé de Longuerve, première partie, 1719) ou Sélestadt (sic) aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle. À cause de la rareté du vent, les brouillards et les nuages bas sont fréquents. Ainsi, de 1968 à 1975, la commune a un taux de natalité de 20,1 ‰ (taux national : 16,9 ‰), alors que le taux de mortalité s'élève à 10,8 ‰ (taux national identique). La plupart des maires de Sélestat n'ont effectué qu'un seul mandat, et huit maires différents se sont ainsi succédé depuis 1945. Elle a été constituée à partir des fonds de l'École latine de Sélestat et de la collection personnelle de Beatus Rhenanus et elle possède environ 7 000 documents, dont 450 manuscrits, 550 incunables et 2 500 imprimés du XVIe siècle. Ainsi, le centre ancien est extrêmement dense, tandis que les quartiers périphériques ne sont pas antérieurs à la fin du XIXe siècle. Dix-sept femmes sont actuellement membres du conseil municipal[69]. Parmi les objectifs à respecter, la Ville de Sélestat doit notamment : Sélestat est la troisième commune alsacienne derrière Strasbourg et Colmar pour la richesse patrimoniale[120], bien qu'elle ne soit que la dixième par la population[121]. Histoire et dates importantes. À la fin du siècle, il est certain que le site possède une importance économique, puisque des traces d'entrepôts ont été découvertes et que Charlemagne y séjourne lors de Noël 775. Dès 1903, l'abbé Gény qui se base sur les formes anciennes, c'est-à-dire sur les seules formes avérées du toponyme, suppose que Sélestat est issu de deux mots germaniques : slade ou sclade, au génitif scladis, qui signifie « marécage », « contrée humide », et stat, qui signifie « ville ». Consacré à la chanson française, il se déroule en mai aux Tanzmatten et il a pour objectif de rassembler de jeunes chanteurs avec des chanteurs plus connus[E 21]. Elle souffre néanmoins des troubles liés à la Réforme, de la guerre des Paysans puis de la guerre de Trente Ans, à la suite de laquelle elle devient française. Le prieuré possède donc des mécènes très riches et puissants. Ces alluvions ont été apportées par l'Ill et ses affluents. L'habitat est en grande majorité pavillonnaire, avec des lotissements datant des années 1980. Le siège de l'alliance est fixé à Haguenau, mais les archives sont déposées à Sélestat, où les réunions ont lieu fréquemment, en raison de sa position centrale. Haut et effilé, il est typique des églises commandées par les ordres mendiants au XIIIe siècle[B 13]. Le FRAC organise aussi des expositions dans ses locaux de Sélestat et accueille des artistes en résidence[131]. En 2014, les zones urbaines ne représentent que 16,5 % du ban communal, et les zones à urbaniser, 3,5 %. 433,6. Une tour similaire, située sur le quai de l'Ill, est un vestige du Ladhof, le port primitif de la ville. En juin 2013, peu de temps avant les vacances estivales, un grand nombre d'habitants de Sélestat (et des environs) ont appris que leurs habitations allaient se trouver classés en ZONE INONDABLE. Sélestat possède sa biennale d'art contemporain, Sélest'art, organisée en automne. Les villes où vivent le plus d'immigrés en France. Pennarun (1800-1860) est l'auteur d'une thèse, le site du ministère des Affaires étrangères, Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années, annexion de l'Alsace-Moselle par l'Allemagne, Institut national de l'information géographique et forestière, communauté de communes du Ried de Marckolsheim, communauté de communes du pays de Ribeauvillé, syndicat intercommunal à vocations multiples, Histoire du recensement de la population en France, école supérieure du professorat et de l'éducation, Challenge de la ville la plus sportive de France, Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine, ministère de la Culture et de la Communication, Liste des monuments historiques de Sélestat, inventaire général du patrimoine culturel, Jean Baptiste Pierre Rollée de Baudreville, Réserve naturelle régionale du Ried de Sélestat l'Ill Wald, Site de l'office de tourisme de la région de Sélestat Haut Koenigsbourg, Résultats des élections présidentielles de 2002, Résultats des élections présidentielles de 2007, Résultats des élections présidentielles de 2012, Résultats des élections présidentielles de 2017, Résultats des élections législatives de 2002, Résultats des élections législatives de 2007, Résultats des élections législatives de 2012, Résultats des élections législatives de 2017, Résultats des élections européennes de 2004, Résultats des élections européennes de 2009, Résultats des élections européennes de 2014, Résultats des élections européennes de 2019, Résultats des élections régionales de 2004, Résultats des élections régionales de 2010, Résultats des élections régionales de 2015, Résultats des élections cantonales de 2004, Résultats des élections cantonales de 2011, Résultats des élections départementales de 2015, Résultats des élections référendaires de 1992, Résultats des élections référendaires de 2000, Résultats des élections référendaires de 2005, art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, La fiche biographique de Joseph Klein sur le Maitron en ligne, Mort de Gilbert Estève, maire socialiste de Sélestat, Association nationale des villes et pays d'art et d'histoire et des villes à secteurs sauvegardés et protégés, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales, « Sélestat : à la découverte de la nouvelle Bibliothèque Humaniste», https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Sélestat&oldid=178190210, Liste de personnalités liées à une ville en France, Page avec coordonnées similaires sur Wikidata, Article avec modèle Infobox Commune de France, Article avec modèle Résultats élections communes françaises, Catégorie Commons avec lien local différent sur Wikidata, Article contenant un appel à traduction en allemand, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Des fouilles menées autour de la chapelle Saint-Quirin, dans la vieille ville, ont permis de découvrir des pieux datés de 87 à 191 ap. Les zones naturelles occupent donc 80 % du ban. Le quartier du Heyden, qui correspond au cœur de cette partie de la ville, a été loti à partir de l'entre-deux-guerres, mais il s'est considérablement agrandi au cours des années 1950 et 1960, avec la construction de lotissements pavillonnaires et de petits immeubles collectifs. Sélestat possède une morphologie urbaine typique des villes secondaires d'Alsace, avec un centre ancien aux rues étroites, entouré de formes urbaines plus modernes et peu économes en terrains. La zone de loisirs du Grubfeld, située près du Giessen, comprend un parcours de santé, des terrains de football et de rugby, un roller park, un boulodrome, une aire d’évolution d’attelage et des stands de tir à l'arc et à la carabine. Sélestat est répartie sur plusieurs circonscriptions. À l'élection présidentielle de 2012, le taux de participation au premier tour était de 79,51 %, Nicolas Sarkozy (UMP) obtenait 28,89 % des suffrages, devançant François Hollande (PS) avec 23,88 %, Marine Le Pen (FN) avec 20,38 % et François Bayrou (MoDem) avec 11,59 %. L'ensemble du centre de l'Alsace lui-même est resté peu attractif jusqu'aux années 1990, car il se situait en marge des aires urbaines de Colmar et Strasbourg. Cinq lignes de ce réseau partent de Sélestat, trois sont régulières et rejoignent Marckolsheim, Sundhouse et Villé. Les façades en verre de la médiathèque et de l'agence culturelle permettent de les intégrer aux rives de l'Ill. Le centre hospitalier de Sélestat comprend 341 lits et places, dont 144 en médecine, 63 en chirurgie, 26 en gynécologie-maternité et 108 en soins gériatriques[108]. Une mosquée, tenue par une association culturelle et installée dans une salle prêtée par la ville, est plutôt destinée aux pratiquants d'origine maghrébine, tandis qu'une salle de prière a été aménagée par une association turque dans d'autres locaux[118]. L'équipement sert principalement au service culturel de la ville, qui y organise des événements tout au long de l'année (théâtre, danse, musique, cirque, spectacles pour enfants)[E 18]. La partie nord est la plus ancienne, elle concentre la plupart des édifices antérieurs à 1850, notamment les monuments médiévaux. La décoration ainsi que la forme des ogives montrent aussi une influence lorraine. La médiathèque intercommunale, qui fonctionne en réseau avec les bibliothèques de Baldenheim, Châtenois, Ebersheim et Scherwiller, occupe un bâtiment de 2 500 mètres carrés. En 2009, parmi ces logements, 90,5 % étaient des résidences principales, 1,2 % des résidences secondaires et 8,3 % des logements vacants. Le centre névralgique ne s'est pas non plus déplacé vers les faubourgs, comme c'est le cas à Colmar ou Mulhouse : la vieille ville continue de concentrer la majeure partie des services et des commerces[B 1]. Seuls subsistent de ces remparts une porte et deux bastions[B 22]. La période allemande a laissé plusieurs exemples d'architecture « wilhelmienne », caractérisée par un éclectisme allant des styles rhénans au néoclassicisme et des formes souvent imposantes. Cela déplace en effet le centre géographique de l'alliance vers le nord et Sélestat perd sa position centrale[D 7]. Deux œuvres sont pérennes : Point de rencontre : le rêve de Sarkis, exposé depuis 1993 sur une partie des remparts, et La Lame de Marc Couturier, visible sur un pignon de la vieille ville depuis 1998[B 8]. Après l'éviction des Bénédictins du pouvoir, la vie politique sélestadienne est menée par la noblesse. Il comprend une salle de spectacle, une galerie d'exposition et une salle de fêtes. Par ailleurs, Sélestat souffre indirectement du départ de Mulhouse de la Décapole en 1515 et de l'arrivée de Landau en 1521.